Nous mettrons tout en oeuvre, le possible et l'impossible, afin que Paris ne tombe pas aux mains de ces ignobles zombies !
Croirez vous à ce discours ou pas, car vous habitez Paris...
Forum interdit au -16 ans
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sébastien Labriffe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/06/2017
Age : 28

Dis m'en plus ?
Groupe : Civils
Force d'Ame :
92/100  (92/100)

MessageSujet: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Lun 12 Juin - 22:04

La nuit que Sébastien avait pu passer au refuge avait été des plus reposantes et réparatrices pour lui. Malgré les soucis qu’il avait pu rencontre à son arrivée, notre ami avait senti que les heures de sommeil qu’il avait savouré lui avaient permis d’évacuer toute cette tension qu’il avait accumulée dès qu’il avait pris la décision de quitter sa maison pour gagner la ville muraille. Sébastien la surnommait ainsi depuis le début, même si officiellement la cité n’avait pas perdu son nom d’origine.

**La situation en ville me semble moins catastrophique que prévu. De l’aide est encore gracieusement offerte aux réfugiés comme moi.**

Posé sur le lit pliable qui lui avait servi de couche, Sébastien était recroquevillé sur lui-même à l’image du Penseur de Rodin. Devant lui, un petit déjeuner simpliste déjà entamé qu’il faisait durer tout en réfléchissant à ce qu’il convenait de faire désormais. A son arrivée, beaucoup de ses affaires s’étaient faites confisquées pour le soi-disant nom de la communauté. Ses possessions ne tenaient désormais plus que dans un petit sac à dos. Un briquet, quelques cigarettes, un kit de crochetage, et le plus important une arme de fortune pour lui se défendre contre les zombies : un pistolet à clou. Un outil qu’il avait pu se procurer avant la déchéance du monde, et qui se révélait suffisant pour transpercer le corps putride des infectés.

**Il faut que j’aille faire un tour en ville. J’ai peut-être des amis, des connaissances qui ont survécus. Je dois aller vérifier certains endroits.**

Considérant que ce refuge pour tous constituait une bonne base temporaire pour lui, Sébastien se disait qu’il devait en profiter tant que ses besoins primaires de nourriture, de repos et de sécurité pouvaient être facilement satisfaits. Honnêtement il n’appréciait pas beaucoup sa situation, malgré les avantages qu’elle lui apportait, il avait l’impression d’être limité et de n’avoir aucune échappatoire si jamais la situation venait à se dégrader brusquement. Oui, le problème était là, il n’avait pas de plan B ni de plan C pour assurer sa survie.

**Ce refuge est situé sur le parking de l’hôpital, ce qui veut dire que le salon de coiffure n’est pas très loin.**

Fort de ce constat, Sébastien se disait là qu’il détenait sa première destination. Son lieu de travail qu’il avait abandonné il y a de cela six mois à présent. Dans quel état se trouvait-il à présent ? Y rencontrerait-il certains de ses collègues en s’y rendant ? Six mois, c’était énorme, et si la ville semblait bien gérée, il doutait fort de retrouver l’endroit intact. Terminant son pain et son fromage, Sébastien attrapa son sac sur ses épaules et s’en alla demander une ration de nourriture pour la journée. Au départ on la lui refusa, lui disant que s’il voulait manger qu’il fallait qu’il revienne ici même. Mais prétextant qu’il désirait partir chercher un travail, il sut négocier habilement un sandwich et une bouteille d’eau.

**Bon il est temps d’y aller.**

Quittant le refuge, puis le parking de l’hôpital, Sébastien se mit à marcher au beau milieu de la rue. Le fait d’avoir eu à arpenter la périphérie de la ville les jours précédents l’avait rendu méfiant vis-à-vis des bâtiments, commerces et habitations confondus. Il avait toujours la crainte de voir un zombi au travers d’une porte ou d’une fenêtre. Peut-être devait-il déjà se résoudre à prendre en main son unique outil de défense ? Mais à en voir les quelques personnes qu’il croisait sur ces boulevards devenus rues piétonnes, il n’avait pas à s’en faire.

**On dirait qu’ils se sont déjà habitués à la situation.**

Oui, la plupart des habitants avaient déjà attrapé une routine de vie. Cela se devinait aisément en comparaison des fraîchements rapatriés comme lui, ils ne scrutaient pas constamment les alentours sur leur garde. Ils ne semblaient pas craindre la mort à chaque coin de rue. Une telle attitude était déstabilisante pour notre jeune homme, si bien qu’il ressentit machinalement le besoin de s’allumer une cigarette. Son dernier paquet, il allait falloir pour lui trouver un moyen de s’en reprocurer. En attendant, le simple fait de tirer un coup dessus l’apaisait et l’aidait à faire le tri dans ses pensées et ses préoccupations immédiates.

**Me voilà arrivé.**

Il lui avait fallu au final marcher pendant une bonne heure et demi. Vu qu’il n’avait pas évolué vite, il estimait au besoin pouvoir regagner le refuge en une heure environ. En ce mois d’automne, les journées continuaient de raccourcir et il ne voulait aucunement se laisser surprendre par la tombée de la nuit. Il était dix heures et quart de la matinée, il avait largement le temps d’inspecter le salon et peut-être même un autre endroit. Bon les stores étaient baissés et la porte ne montrait aucun signe d’effraction.

**Je m’inquiétais sûrement de trop, il faut dire qu’on ne peut guère espérer trouver grand-chose dans un salon de coiffure.**

L’endroit n’était clairement pas de ceux que l’on classerait à piller en priorité par les temps qui courent. Cela tombait plutôt bien, car il savait pertinemment que l’appartement de sa patronne se trouver à l’étage. Si de prime abord ce qu’il voyait tendait à faire croire qu’elle avait fui l’invasion, il était probable qu’elle s’y terre encore à l’intérieur avec sa famille. Mais honnêtement, vu l’ambiance qui régnait en ville, Sébastien doutait fort de cette éventualité.

**Je risque d’attirer l’attention en essayant de crocheter la serrure en plein jour. Mais d’un autre côté, hors de question pour moi d’attendre la nuit tombée.**

Regardant autour de lui, Sébastien décida d’attendre que la rue se vide complètement. Ce n’était pas une artère principale du coup, il n’eut qu’à attendre un petit quart d’heure pour pouvoir commencer à agir. Sortant son kit de crochetage, il se mit à l’ouvrage pensant que personne ne se trouvait là à observer ses faits et gestes.

Compétence utilisée : Ruse : 60 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane
Admin
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 18/10/2015

Dis m'en plus ?
Groupe :
Force d'Ame :
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Lun 12 Juin - 23:37

Le membre 'Sébastien Labriffe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lanceur D10' : 7, 7, 6, 8, 2, 9

[Edit] Résultat : 39 => Réussite.
Sans curieux à proximité, tu as pu prendre ton temps pour crocheter la serrure. Elle a résisté 2 fois, mais elle a fini par céder.
[/Edit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadly-marianne.forumgratuit.eu
Keiko Takeda

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/10/2015

Dis m'en plus ?
Groupe : Hors la loi - Yakuza
Force d'Ame :
89/95  (89/95)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Mer 14 Juin - 15:10

Cette semaine, je devais veiller sur les nouveaux arrivants...

Ré-endossant mon rôle de jeune étudiante, qui constituait un subterfuge très efficace, facile à mettre en place et passe-partout, je trainais aux environs des petits baraquements mis à disposition des arrivants. Ils passaient quelques jours sur place, tant pour des vérifications, des interrogatoires, une surveillance, avant de les lâcher dans Paris. Quelques jours à la dure pour les tester, bien que le confort très spartiate soit maintenant meilleur qu'à l'extérieur de la Muraille. C'était aussi un endroit facile à surveiller, la plupart des policiers ou soldats faisaient plus attention aux arrivants qu'aux habitants.

De plus, ma présence est toujours agréablement bien acceptée. Je suis sans cesse étonnée de l'attrait qu'une asiatique exerce sur les français, mais je ne vais pas m'en plaindre. Une japonaise, jeune et coquette -je fais attention à porter des tenues légèrement sexy quand je vais là- est un véritable aimant à garçons. Il m'est donc très facile d'avoir les renseignements que je veux... Simple et efficace, non ? J'ai donc très vite su qu'un jeune homme venait d'être accepté dans la ville, et qu'il allait pouvoir se déplacer dans la ville. Et je n'ai pas eu beaucoup à faire pour tout connaitre de lui : Sébastien Labriffe, 26 ans, coiffeur et infirmier, habitait en banlieue proche, se serait caché plusieurs mois, peu doué pour la bagarre apparemment, fumeur.

Mhhh ? Pourquoi surveiller ? Dans notre organisation, chaque habitant peut avoir une utilité pour nous, que ce soit comme fournisseur, client, cible, s'il peut acheter des services, s'il a des failles que nous pourrions exploiter... Il faut donc avoir le plus de renseignements sur eux. Donc je les cherche, du moins cette semaine : si je venais trop souvent, cela deviendrait suspect. Et mes investigations deviennent très intéressantes, lorsque ledit Sébastien sort. Je le vois s'éloigner, et je remercie mon public de ses attentions. C'est une autre facilité de mon petit rôle d'étudiante
- Je dois aller en cours...
C'est imparable, mon public me laisse partir à chaque fois. Aujourd'hui, j'enlace un soldat au hasard et je l'embrasse avidement sur les lèvres. Je sais qu'ils ont parié sur lequel d'entre eux arrivera à cueillir mes lèvres. Je n'éprouve rien, pour eux tous, mais accepter de faire ce genre de pari ne me coute rien. Et il rapporte beaucoup, ils seront ravis de me revoir et j'obtiendrai d'autres informations facilement.

Je fais un petit détour et je retrouve facilement ma proie. Sébastien traverse plusieurs rues sans trop chercher son chemin, il connaît donc la ville. Il s'arrête devant un bâtiment, avec une devanture de coiffeur. Travaillait-il là auparavant ? Je profite des rares passants pour gagner un point d'observation duquel je peux voir sans être vu. Et l'attente commence, ce qui me permet de noter tout ce que je sais. En japonais, bien évidement. Je hausse un sourcil lorsque je le vois se pencher sur la serrure, et mettre une bonne dizaine de minutes avant de forcer la serrure. Je crois qu'on ne l'a pas prévenu de toutes les mesures de sécurité.

Bien que plusieurs mois se soient écoulés depuis la fin de la construction de la muraille, personne n'est sur de l'absence de Zombies dans la ville. Il peut y en avoir, enfermés dans les appartements ou les sous sols, et beaucoup de rumeurs parlent du métro ou des réseaux souterrains comme les égouts. Les accès au métro ont presque tous été condamnés, d'ailleurs le métro ne fonctionne plus. Quand aux batiments, on peut les diviser en 3 groupes : sûrs, vérifiés, non vérifiés. Les bâtiments sûrs sont utilisés tous les jours. Les vérifiés ne sont pas forcément utilisés mais il est certain qu'il n'y a aucun danger. En général, il y a des planches clouées sur les accès, avec des marques vertes. Et il y a des centaines de batiments qui ne sont pas encore vérifiés, beaucoup n'ont qu'une porte d'accès de fermée à clef.

Et ça semble être dans ce genre de bâtiment que Sébastien essaye d'entrer. Ca va devenir intéressant. Il n'a pas l'air d'être armé, je vérifie mon arme. Je vais surement le suivre s'il entre, on ne sait jamais. Si je le sauve, il aura une dette envers moi, donc envers le Clan. C'est toujours un bonus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien Labriffe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/06/2017
Age : 28

Dis m'en plus ?
Groupe : Civils
Force d'Ame :
92/100  (92/100)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Mer 14 Juin - 22:40

Après l’avoir travaillée pendant quelques minutes, la serrure lui cédait enfin un droit de passage. Rangeant son nécessaire de crochetage, Sébastien actionna la poignée et fit s’ouvrir lentement la porte devant lui. Mais alors qu’il s’apprêtait à mettre un pied à l’intérieur du salon, Sébastien eut au contraire un mouvement de recul. Notre jeune homme venait d’être frappé par une odeur d’une pestilence insupportable. Se plaquant une main sur le visage, il prit ses distances réalisant bien vite ce que cette puanteur pouvait signifier. Bien avant l’invasion morbide, Sébastien avait été confronté de nombreuses fois à la mort lorsqu’il travaillait encore comme infirmier. De ce fait, cette odeur ne lui évoquait rien d’autres que ces souvenirs pour le moins désagréable.

**Apparemment l’endroit est foutu…**

Dans le meilleur des cas, il n’y trouverait que des cadavres inertes. Dans le pire et plus probable des scénarios, ces mêmes cadavres s’articuleraient dans le but de le déchiqueter et de se repaître de sa chair. Faisant descendre son sac à dos de ses épaules, Sébastien prit encore plus ses distances tout en l’ouvrant et en en sortant son pistolet à clou. Il resta alors ainsi immobile pointant la porte entrouverte et s’efforçant de calmer les battements de son cœur qui s’accéléraient de plus en plus.

**J’aurais dû ouvrir la porte plus grand, je ne vois rien de l’intérieur comme cela.**

Sébastien le regrettait mais s’il avait agis de la sorte, c’était tout simplement par excès de prudence. C’était donc là une chose qu’on ne pouvait guère lui reprocher vu le nouveau monde dans lequel il vivait. Ne voyant rien venir au bout de cinq bonnes minutes, Sébastien en profita pour réajuster son sac sur ses épaules et réaffirmer sa prise sur son arme. Doucement, il se mit alors à se rapprocher de la porte, grimaçant face à l’odeur qui se faisait de plus en plus forte. Sur ses gardes, il se devait d’être attentif au moindre bruit, à la moindre chose suspecte, car s’il se faisait prendre par surprise, Sébastien pouvait tout simplement se considérer comme mort.

(Jet de perception (compétence niv 40) pour ce qu’il en est, zombie ou pas zombie ? x) )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane
Admin
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 18/10/2015

Dis m'en plus ?
Groupe :
Force d'Ame :
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Mer 14 Juin - 22:40

Le membre 'Sébastien Labriffe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lanceur D10' : 4, 3, 5, 9

[Edit] Résultat 21 : Echec
Ta position ne te permet de voir que la porte et donc n'est utile que si une personne -vivante ou morte- passe la porte.
[/Edit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadly-marianne.forumgratuit.eu
Zombi errant

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 28/10/2015

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Lun 19 Juin - 17:03

Bruit...
Odeur...
Manger...

Se lever
Marcher
Tomber dans l'escalier

Odeur...
Lumière...

Se relever
Marcher
Bloqué [par la porte entre-ouverte]
Marcher
Bloqué
Marcher
Bloqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiko Takeda

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 18/10/2015

Dis m'en plus ?
Groupe : Hors la loi - Yakuza
Force d'Ame :
89/95  (89/95)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Lun 19 Juin - 17:07

Plus je surveille, plus cela devient intéressant.

J'ai bien vu que ce jeune homme a encore des soucis avec le crochetage de serrure, ou le forçage de porte, je ne vois pas trop de ma position, il faut que je m'approche. Bien que cela ne me semble pas très important, je le note quand même afin de faire un rapport des plus complet, il ne m'appartient pas de décider ce qui est important ou pas. Un jour, surement, je le ferai, pour le moment j'observe. Deuxième observation, le nommé Sébastien s'est reculé. Il est assez prudent, il reste aux aguets, il y a donc une expérience de l'extérieur, où il devait s'assurer de la présence ou l'absence de Zombies.

Mais c'est un autre détail qui reste le plus intéressant : il a sorti un objet qui ressemble à une arme. Ce n'est pas une arme classique, tel une arme à feu, une arme blanche ni une arme de corps à corps. On dirait du matériel de bricolage détourné de son utilisation classique mais je suis trop loin pour la voir. Je crois que je vais devoir m'avancer et prendre contact, au final. Mhhh... J'aurais espéré le faire plus tard, si la situation l'exige ou si j'en reçois l'ordre. J'ai un coup d'oeil autour de moi, nous sommes toujours seuls sur cette petite place, et Sébastien n'a pas l'air de m'avoir repérée, d'ailleurs, il n'a même pas regardé dans ma direction, et je suis derrière un arbre.

Mais si je vérifie que tout est calme autour de nous, c'est pour une autre raison, je dois sortir mon revolver... Il va réellement falloir que je me munisse d'un silencieux, même si au final les armes sont autorisées à Paris, il faut quand même expliquer pourquoi on l'a utilisée. Et là, je pense que je vais devoir l'utiliser. La porte est environ à 100 mètres de moi, un peu moins, mais ce n'est pas un problème pour moi. Je suis assez précise. Et j'ai déjà la silhouette qui vient d'apparaître dans mon viseur.

Cependant je vais attendre de voir ce que Sébastien va faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien Labriffe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/06/2017
Age : 28

Dis m'en plus ?
Groupe : Civils
Force d'Ame :
92/100  (92/100)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Jeu 22 Juin - 8:33

Se montrer toujours excessivement prudent est ce qui lui avait permis de survivre jusqu’à présent. Cela ne lui avait certes pas éviter de se mettre en danger par moment, mais dans une situation où une mort aurait été certaine pour d’autre, lui, avait su s’extirper d’une fin horrible et prématurée. Toutefois aujourd’hui encore les circonstances le forçaient à réduire sa marge de sécurité et à se rapprocher de la porte qu’il avait entrouverte. Réduisant à petits pas la distance entre lui et le salon de coiffure, certains bruits commencèrent à lui parvenir. Sébastien n’eut pas de mal à en localiser la provenance, mais définir la nature de ces derniers fut plus difficile.

**Il faut que je m’approche encore.**

Quelques pas de plus furent faits, réduisant la distance entre lui et l’entrée à environ deux, trois mètres. De là il put commencer à voir le probable danger qui se tramait derrière cette porté entrouverte. Cette dernière bougeait de façon irrégulière, et ce n’était guère le vent qui en était la cause. Ce dernier complètement absent en cette journée ne pouvait décidément pas être mis en cause. Non, si cette porte bougeait c’était à cause de quelqu’un ou plutôt de quelque chose, car à chaque mouvement plus ample de cette dernière se faisait précéder le son d’un coup. Quelque chose était en train de se heurter en boucle à cette porte, et cette chose ne pouvait être qu’un de ces zombies.

**Fait chier !**

Sébastien en était à présent plus que convaincu, il y avait au moins l’une de ces choses derrière cette porte. Au moins car il n’écartait jamais la possibilité qu’ils soient plusieurs. Réfléchissant rapidement, il se dit qu’ouvrir la porte d’un coup de pied serait trop dangereux. Ne connaissant pas la position exact du zombie, il y avait un trop grand risque qu’il se mette fortement en danger. Tirer à travers à porte semblait déjà une meilleure idée, mais cette dernière semblait assez épaisse, et Sébastien doutait fort à cette distance que son clou puisse la traverser et éliminer le zombie de l’autre côté. Réfléchissant activement aux alternatives qui lui restaient, Sébastien finit par avoir une idée où il allait devoir miser gros. Tout en gardant son arme de fortune en main, il se défit de son sac contenant l’ensemble de ses affaires. Il attendit alors un dernier coup sur la porte pour le lancer pile sur l’entrebâillement de celle-ci, la largeur de son sac, plus l’élan qu’il avait donné à celui-ci permirent à la porte de s’ouvrir d’avantage. Ce coup-ci à deux mètres de distance, Sébastien pouvait le voir, pointant son arme, il prit le temps de bien viser la tête, le zombie distrait par le sac ne focalisant pas tout de suite son attention sur lui, il put faire feu avant que ce dernier esquisse une quelconque approche vers lui.
(jet « Arme à distance » 50)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane
Admin
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 18/10/2015

Dis m'en plus ?
Groupe :
Force d'Ame :
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   Ven 23 Juin - 13:01

Le membre 'Sébastien Labriffe' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lanceur D10' : 6, 1, 2, 7, 10

[EDIT] Résultat : 26 => Succès
Ta main a tremblée mais tu t'es repris au moment critique, et le tir a bien atteint le zombi entre les deux yeux.

Tu peux reprendre le RP avant l'intervention de Keiko
Ta [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a été mise à jour.
[/EDIT]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadly-marianne.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deadly Marianne ! 1st Move ! {libre} {en cours}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mondial SBK à Magny-cours
» PS Move
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .
» [En cours] Lapin minuteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deadly Mariane :: Paris, ex-ville lumière :: Quartier commercial :: Rue commerçante-
Sauter vers: